LE CHEVAL : UN ANIMAL TRÈS SENSIBLE

Avec les mêmes sens que nous, le cheval perçoit le monde différemment.

VISION

cisioncheval

Le champ de vision latéral du cheval (image 1) est quasi panoramique : il voit environ 340° sur 360°. On trouve deux zones aveugles principales : dans le prolongement de sa croupe et devant son nez. Son champ visuel frontal réduit (image 2) combiné à un œil qui accommode mal l’obligent à baisser ou lever la tête s’il veut voir de près ou de loin.

La vision des couleurs du cheval est comparable à celle d’un humain daltonien. Il dispose d’une palette de couleurs plus pauvre que la nôtre qui se limite à toutes les variations du bleu et du jaune, principales couleurs auxquelles il est sensible, et à une nuance intermédiaire : le gris.

En revanche il est plus sensible que l'homme aux mouvements, aux contrastes et aux reflets. Ainsi, il a besoin de beaucoup plus de temps que nous pour adapter sa vision lors d’une transition entre ombre et lumière. Par exemple, plusieurs dizaines de minutes lui sont nécessaires pour voir de nouveau correctement lorsqu’il quitte une carrière très ensoleillée pour une écurie plongée dans l’obscurité.

Soyons patients pour éviter de le surprendre !

OUÏE

Les oreilles du cheval sont extrêmement mobiles et ce de manière indépendante : il peut en diriger une vers l’avant et l’autre vers l’arrière, en direction du cavalier qui se trouve sur son dos par exemple. Cela lui permet également, en comparant le son perçu par chacune d’elles, de localiser rapidement l’origine d’un son.

Enfin, comme le chien, le cheval perçoit des sons aigus que l'homme n’est pas capable d’entendre: ce sont les ultrasons.

ODORAT

Le cheval bénéficie d'un odorat très développé qui lui permet de choisir son alimentation ou de reconnaître certaines caractéristiques de ses congénères. C’est pour cette raison par exempe que, pour se saluer, deux chevaux se mettent nez à nez et se soufflent mutuellement de l’air dans les naseaux.

TOUCHER

Les vibrisses sont des récepteurs sensoriels qui prennent la forme de longs poils durs. Placés autour du nez et de la bouche, les vibrisses aident le cheval à sentir ce qui se trouve sous sa tête et qu’il ne peut pas voir ; placées autour des yeux, elles protègent ces derniers des chocs. Les vibrisses ne doivent donc pas être rasées.

Le cheval utilise beaucoup son sens tactile. Il a parfois le réflexe de tâter le sol avant de s’avancer sur une zone incertaine. S’il veut se rouler, il gratte avec son antérieur afin de choisir le lieu le plus approprié. Il est aussi beaucoup sollicité dans les relations sociales : deux chevaux se plaçant tête-bêche pour se gratter le dos mutuellement avec leurs dents est une marque d’affinité, on appelle cela le toilettage mutuel.

votrecheval
"

Un stage est l’idéal pour partager, aux côtés de l’équipe du club, la vie quotidienne des poneys et des chevaux, apprendre à les comprendre et à bien s’en occuper.

"

Acces direct

Trouver un club

Saisissez une ville ou son code postal


Ma page cavalier

Protection du cavalier

Le règlement général des compétitions FFE impose une norme équestre pour les gilets de protection lorsqu’ils sont obligatoires dans certaines disciplines.

En savoir plus
Auto Promo-Licence 2019-v2 Encart-pub-AchevalenFR