Mondial du Lion : Fibonacci de Lessac HDC vice-champion du monde des chevaux de 6 ans

24/10/2021

Mondial du Lion : Fibonacci de Lessac HDC vice-champion du monde des chevaux de 6 ans

© FFE - ZG Photography

Les meilleurs jeunes chevaux de concours complet sont venus du monde entier pour se mesurer à l’occasion de leur championnat du monde, organisé par Le Lion Équestre au Lion d’Angers (49) du 20 au 24 octobre 2021. Fibonacci de Lessac HDC, propriété du Haras des Coudrettes, est sacré vice-champion du monde des chevaux de 6 ans sous la selle de Nicolas Touzaint.

 

Championnat du monde des chevaux de 6 ans : Fibonacci de Lessac HDC en argent

La compétition a démarré par le dressage jeudi et vendredi matin pour les 45 chevaux de 6 ans engagés. Les chevaux français font un bon démarrage puisque Fair Lady des Broucks, propriété de la SCEA Gradilis et Thomas Carlile prenaient la deuxième place du classement provisoire avec 26,5 pts. Fibonacci de Lessac HDC, propriété du Haras des Coudrettes, et Nicolas Touzaint suivaient à la troisième place avec 26,8 pts. Faisons un Rêve, propriété de Faisons un Rêve  et Fabrice Saintemarie pointaient à la 15e place avec 31,9 pts.

Samedi, les Tricolores réalisent un sans-faute sur le cross en bouclant 100% de parcours maxi.

C’est l’épreuve de saut d’obstacles qui départagera les concurrents. Fibonacci de Lessac HDC et Nicolas Touzaint sont les seuls français à déjouer les pièges du parcours et à réaliser un parcours sans-faute et dans le temps. Cette performance leur permet de prendre la deuxième place, Fibonacci devenant ainsi le deuxième meilleur cheval de concours complet de sa génération. Faisons un Rêve et Fabrice Saintemarie écopent d’une faute sur l’obstacle numéro 3 et terminent à la 11e place. Moins de réussite pour Fair Lady des Broucks, un peu émue, et Thomas Carlile qui voient leurs chances de podium s’éloigner après 3 fautes. Ils prennent la 17e place du championnat. C’est l’Allemagne qui l’emporte grâce à Lagona 4 montée par Anna Lena Schaaf.

 

Championnat du monde des chevaux de 7 ans : Embrun de Reno meilleur cheval français

Jeudi et vendredi après-midi, 58 chevaux de 7 ans se sont mesurés sur le rectangle de dressage. La meilleure reprise française est revenue à Étoile de Béliard, propriété de l’élevage de Béliard et Thomas Carlile qui sont sortis de piste avec 29,3 pts, prenant ainsi la 9e place provisoire. Le reste du clan français était un peu en retrait dans le classement, avec cependant un faible écart de points.

Compte tenu des scores serrés du dressage, le cross a joué son rôle samedi et a chamboulé le classement. Devant près de 40 000 spectateurs, les Bleus ont démarré avec le très beau parcours sans-faute d’Edition Fonroy, propriété de Jean-Luc van Hoenacker et de son cavalier, montée par Benjamin Massié. Pénalisé d’1,2 pt de temps dépassé, le duo remonte à la 16e place. Peu après, Enpleincoeur Tardonne, propriété de l’IFCE et Arnaud Boiteau réalisent le premier parcours maxi de l’épreuve et font un bon dans le classement pour se retrouver à la 13e place. À noter également les parcours maxis d’Embrun de Reno, propriété de l’Écurie Karim Laghouag, Guy Bessat et Camille Laffitte, et Karim Laghouag, de Ballyshan Contender (Cooley Nutcracker), propriété de Pascal Ravery, de la Sasu Chauvigny Global Equine, et Astier Nicolas ainsi que d’Esperenzo, propriété de Valérie Cormier, et Sébastien Chemin qui leur permettaient de remonter respectivement aux 15e, 16e et 20e places. Elastic Girl Blanche montée par Alexis Goury, propriété de l’Earl de la Maison Blanche pointait quant à elle à la 17e place après un cross seulement pénalisé de 0,8 pts de temps dépassé.

Le clan français a connu un moment de frayeur avec la chute d’Héloïse Le Guern. Sans-faute jusqu’au numéro 19, la cavalière de 23 ans et sa jument Carentina d’Orvaux chutent sur l’élément B de cette combinaison. Héloïse Le Guern a été immédiatement prise en charge et évacuée vers le CHU d’Angers. Elle a depuis donné des nouvelles rassurantes. Carentina d’Orvaux allait bien et a pu retrouver l’écurie suite à cet incident.

Dimanche après-midi, les spectateurs étaient à nouveaux nombreux à s’être déplacés pour encourager les concurrents sur l’épreuve de saut d’obstacles. À l’issue de cette ultime épreuve, la meilleure performance tricolore revient à Embrun de Reno et Karim Laghouag, auteurs d’un parcours sans pénalité qui leur permet de conserver leur score du dressage. Déjà classé au Mondial du Lion en 2020 dans la catégorie des 6 ans, Embrun de Reno décroche la 10e place du championnat et le 1er prix FFE Eventing Tour, circuit récompensant les meilleurs français et leurs propriétaires sur les rendez-vous majeurs de la discipline. Edition Fonroy et Benjamin Massié réalisent également un parcours sans-faute et prennent la 13e place de l’épreuve. Ils sont également récompensés du 2e prix FFE Eventing Tour. Cute Girl est sacrée championne du monde, sous la selle de l’Australien Kevin Mcnab.

 

Ils ont dit :

Nicolas Touzaint : « Je suis vraiment très satisfait car c’est un cheval dans lequel je place beaucoup d’espoir. Fibonacci a confirmé ce week-end tout le bien que l’on pense de lui. Je ne savais pas trop comment il allait réagir face à l’ambiance, au public, mais j’étais sûr de sa qualité. C’est un cheval hors norme, il a un fort potentiel sur les 3 tests. Il a pris beaucoup d’expérience ce week-end et a fait un parcours magnifique. Je suis vraiment content, car au-delà de la performance, je me dis que j’ai eu raison de croire en lui. C’est un vrai cheval d’avenir. »

 

Karim Laghouag : « Je pense qu’Embrun est un des meilleurs chevaux que j’ai pu avoir dans ma carrière sportive. Il a des aptitudes physiques hors norme. Son mental est un peu plus délicat car c’est un cheval tardif qui n’accorde pas facilement sa confiance. Il faut donc du temps pour construire une relation avec lui afin de performer. Il nous montre de belles choses et cette année il a beaucoup mûri et devient plus serein. Je sens qu’il participe beaucoup plus et qu’il prend vraiment du plaisir. Maintenant, à moi de travailler davantage le dressage. Je suis confiant car je pense qu’il est de la trempe d’Entebbe, avec beaucoup de qualité pour le dressage... et avec une 6e vitesse sur le cross, ce qui ne gâche rien ! Le plus dur va maintenant être de le garder, d’autant plus quand les prix s’enflamment comme en ce moment. On a créé un groupe de propriétaires, d’investisseurs et d’entreprises qui ont envie de construire un dans un projet sportif autour des JO de Paris 2024. On attend de voir qui va s’engager à nos côtés pour cette aventure olympique. Beaucoup de gens motivés donc on espère pouvoir garder Embrun si ce projet se concrétise. »

 

Thierry Touzaint, sélectionneur national : « On a vu de très bons chevaux ce week-end. Les trois 6 ans que nous avions sélectionnés se sont bien comportés et sont de vrais chevaux d’avenir. Le cheval de Nicolas est encore vert et n’a qu’une année d’expérience, mais il a montré de très belles choses pour l’avenir et un gros potentiel. Fair Lady des Broucks et Faisons un rêve sont aussi intéressants, avec une bonne galopade. J’ai hâte de les revoir à 7 ans, car c’est là que les choses sérieuses commencent.

Dans les 7 ans, nous avons été largement dominés par les anglais, mais nous n’avons pas à rougir car nous avons plusieurs bons chevaux dans le top 20. J’ai notamment aimé Embrun, le cheval de Karim, qui est vraiment un bon cheval et qui a très bien sauté. Maintenant il va falloir travailler sur le plat pour faire mûrir ces chevaux. Avec quelques chevaux on arrive encore à aller chercher des médailles. Maintenant, l’enjeu va être de garder ces chevaux d’avenir car le cheval français est très demandé. Nous accompagnons nos cavaliers qui se mobilisent pour trouver des propriétaires et investisseurs prêts à s’engager à leurs côtés. »

Tous les résultats ici