La France 6e exaequo de l'épreuve par équipe des JEM

13/09/2018

La France 6e exaequo de l'épreuve par équipe des JEM

© FFE/PSV

Très attendu pour ce premier jour de compétition, le reining, discipline phare de l’équitation Western, a fait son entrée en piste sous les hourras du public américain visiblement connaisseur.

Cinq couples tricolores étaient en piste pour la France :

  1. Eric Laporte & Holier Then Thou, propriété de Nicole McDevitt.
  2. Glen Arthur Estival & Coded N Karma, propriété de Robbin Thayn.
  3. Mathieu Buton & Gunna Sassya, propriété de Katheryn Goodlin.
  4. Axel Pesek & Uncle Sparky, propriété de son cavalier.

Individuel :
Bastien Bourgeois & Doctors Diamond, propriété de Jean-Baptiste Duputel.

Parti en n°2, Eric Laporte, installé en Californie depuis 2006, mais originaire de Montpellier, a bouclé son go pour l’équipe avec un score de 216 pts.
« Je suis assez déçu, c’est le premier mot qui me vient. On comptait faire un bon résultat pour l’équipe dès le départ et faire un gros boum, c’était le but. Mon cheval était un peu chaud, c’était plus un dragon qu’un cheval. Il est très en forme, mais presque un peu trop aujourd’hui. On a essayé de le gérer au mieux mais ce n’était pas parfait. Je souhaite à mes coéquipiers plus de réussite. »

Glen-Arthur Estival s’est élancé pour la France quelques chevaux plus tard. Une manche en 217,5 pts
« C’était excellent, le cheval était vraiment bien, il a donné son maximum. J’ai fais quelques fautes en tant que cavalier, je l’ai un peu gêné mais dans l’ensemble je suis satisfait. »

Mathieu Buton, 3e en piste pour l’équipe de France réalise un très beau parcours et décroche l’excellente note de 222,5 pts, une 5e place au provisoire à l’issue de la première session. Avec une 9e place au classement final, il décroche son ticket pour la finale individuelle de samedi.
« Je suis très fier de mon cheval. On a mis en lace avec toute l’équipe de France et notamment le vétérinaire fédéral de la garder très frais. J’ai fait un échauffement très court pour qu’il garde toute son énergie,  je lui ai fait confiance en piste et il m’a tout donné. On a une équipe derrière nous qui est très soudée c’est phénoménal. »

En individuel, Bastien Bourgeois a ensuite rejoint l’arène. Il sort de son parcours avec un total de 216,5 pts.
« Mon ressenti sur le cheval était plutôt bon. J’ai essayé de le gérer au mieux malgré la pression. Le niveau ici est très élevé et mon score ne me permet malheureusement pas d’accéder directement à la finale. »

Axel Pesek, champion de monde Juniors en titre, s’est élancé en n°4 pour l’équipe de France pour son premier championnat  chez les séniors. Il signe la 2e meilleure performance pour les Bleus avec un total de 219,5 pts.
« J’ai eu beaucoup de stress car cette épreuve est très impressionnante pour moi à tout juste 18 ans. Mon cheval a bien répondu et malgré quelques petites erreurs, je suis très content de ce que j’ai fait pour l’équipe. Sparky était exceptionnel, il a donné tout ce qu’il a pu et je suis très content. C’était un rêve pour moi de concourir un jour sur un championnat comme celui-ci et il se réalise. Je remercie mes parents et ma famille car c’est grâce à eux si j’en suis là aujourd’hui. »

Guy Duponchel, sélectionneur national de l’équipe de France de reining : « Je suis satisfait de la prestation de mes cavaliers. J’ai un petit peu joué avec le feu en faisant partir Axel en dernière position mais j’ai confiance en lui, il a un mental d’acier et un vrai bon cheval.  On a fait une préparation énorme avec toute l’équipe. Les garçons ont donné le mieux qu’ils ont pu même si on aurait pu grappiller quelques points avec Eric et Glen mais si on compare avec Caen en 2014, les progrès sont énormes. Les autres nations continuent à progresser aussi donc c’est à nous de travailler encore plus fort. »

Laurent Gallice, conseiller technique national en charge du reining : « Un peu déçu car on avait une bonne équipe. On a choisi la bonne stratégie, Mathieu et Axel ont tenu leur rôle. Il nous manque quelques points qui nous empêchent d’accrocher un podium. Si on regarde quatre ans en arrière, les progrès sont là. C’est malgré tout la première fois que la France termine dans les huit premiers. Et il nous reste les individuels, il va encore y avoir du sport ! »

Retrouvez les start-lists et résultats : ici