Euro 2021 : Olivier Robert en finale

03/09/2021

Euro 2021 : Olivier Robert en finale

©FFE/PSV

La finale par équipes, réservée aux dix meilleurs pays, a vu la victoire de la Suisse. L’équipe de France, manquant de réussite, termine 6e. Seul sans-faute pour les Bleus, Olivier Robert se qualifie pour la finale individuelle.

Le parcours proposé aux 50 couples et dix nations au départ comportait 13 obstacles et 16 efforts.

Première à partir pour les Tricolores, Pénélope Leprévost, associée à Excalibur dela Tour Vidal*GFE, propriété du Groupe France élevage, a signé un joli parcours malheureusement sanctionné d’une barre sur l’ultime oxer.

Mathieu Billot et Quel Filou 13, propriété de la Scea Ecurie Billot, Benjamin et Valentine Garreau, se sont ensuite élancés. Le Normand et son grand gris ne sont pas passés loin du « clear round » mais se sont fait piéger sur l’oxer en sortie de triple.

C’était alors à Olivier Robert et Vivaldi des Meneaux, propriété de Valérie Cougouille, d’entrer dans l’arène. Le Bordelais a alors redonné le sourire aux Bleus en bouclant son tour sans pénalité et dans le temps. Dernier mousquetaire à s’élancer, Kevin Staut a dû composer avec une Visconti du Telman, propriété de Françoise Sanguinetti, peut-être un peu émoussée, et a écopé de 16 pts.

Avec un total de 8 pts sur cette 2e manche et un score final de 29,15 pts, l’équipe de France termine 6e. La Suisse est sacrée championne d’Europe grâce à deux parcours sans pénalité (9,47 pts). L’Allemagne est médaillée d’argent avec deux sans-faute (12,77 pts). La remontada est signée par la Belgique, tenante du titre, qui grâce à quatre sans-faute se hisse sur le podium et s’adjuge la médaille de bronze (17,34 pts).   
Pas de changement en tête du classement individuel puisque Martin Fuchs (SUI) conserve les commandes (1,31 pt) en selle sur Leone Jei. Derrière, on retrouve Andre Thieme (GER) et DSP Chakaria (2,84 pts). Pieter Devos est pour le moment 3e (3,16 pts) avec Jade vd Bisschop. Avec un score provisoire de 5,20 pts, Olivier Robert est en embuscade et occupe actuellement la 6e place.

La finale individuelle, réservée aux 25 meilleurs couples, se déroulera en deux manches dimanche à partir de 14 heures. Les 12 premiers repartiront sur le deuxième et ultime round.

Les résultats par équipes :  https://www.longinestiming.com/equestrian/2021/longines-fei-jumping-european-championship-2021-riesenbeck/resultlist_02T.html
Les résultats en individuel :  https://www.longinestiming.com/equestrian/2021/longines-fei-jumping-european-championship-2021-riesenbeck/resultlist_02I.html

ILS ONT DIT

Pénélope Leprévost :
« Je suis contente de mon cheval malgré les scores. On n'avait pas vraiment la chance avec nous. Il nous manquait encore de l'expérience ensemble pour être vraiment compétitif sur un championnat. Pour retenir le positif, j’ai trouvé Excalibur coopérant. Nous avons moins de problèmes pour être dans le temps, et ça s’est joué à des détails pour être mieux. Je retiens qu’il reste du travail pour rivaliser avec les meilleurs mais que le cheval a encore beaucoup de potentiel et c'est motivant pour la suite. »

Mathieu Billot :
« Je suis content des mes championnats, tant ici à Riesenbeck qu’aux JO de Tokyo il y a quelques semaines. Le cheval a encore bien sauté. Ici les combinaisons étaient très courtes. Quel Filou a une grande action, il s’est retrouvé pris par la distance. Il a néanmoins fait deux super parcours pour l’équipe. C'est le seul cheval de Tokyo en piste ici et il est en forme. J'aurais préféré être double sans-faute, mais on progresse. A chaud ça reste une grosse déception mais on ne doit pas se laisser abattre. »

Olivier Robert :
« En équipe, on pouvait imaginer une 3e ou 4e place. On est à une faute de la 4e place, donc rien de grave. Individuellement, je suis fier de Vivaldi qui a été irréprochable. C’est dommage pour la barre d’hier qui était de ma faute, j'aurais été leader ce soir. Mais rien n’est joué, on est dans la même barre que les premiers.
 Demain samedi, ce sera une journée de repos sans épreuve. Vivaldi va passer à l’inspection des chevaux et il sera aux petits soins de sa propriétaire Valérie Cougouille. On ne le montera pas, il va faire un petit stretching à la longe  et ira se promener en main et brouter la majeure partie de la journée. Le cadre est top ici, il y a beaucoup de place pour les chevaux, c’est très bien pensé. Dimanche matin, il fera un petit échauffement et ensuite, ce sera l’heure de la finale. 
 Vivement dimanche, il y a des chevaux géniaux, je suis sûr qu’on va passer un bon moment. »

Kevin Staut :
« Je peux difficilement ressentir autre chose que de la déception ce soir. Il y avait le potentiel de grappiller une ou deux places. Visconti a fait deux bons premiers jours. Aujourd'hui on n'était pas au niveau qu'on aurait aimé. Si la jument doit évoluer à ce niveau, il faudra se servir de cette expérience pour travailler et progresser en faisant des Coupes des nations et des Grands Prix.  C'est vrai pour tous les chevaux, il faut prendre en compte la réalité de la piste. Comme dans n'importe quelle contre performance, il faut analyser et ajuster afin d’être au niveau auquel j'ai envie d'être.  Aujourd’hui c'est loin d'être suffisant, il faut tout mettre en œuvre pour progresser et les résultats doivent parler. »

Thierry Pomel, sélectionneur national de l’équipe de France de saut d’obstacles :
« Bien sûr c'est une déception mais il ne faut pas se voiler la face, je pense qu’on est à notre place. Nous avons fait le choix de donner de l’expérience à certains couples, comme notamment Excalibur qui courait son premier championnat. Quel Filou était un pilier, il a couru les JO et Mathieu a maintenant une belle expérience. Ce sont des petites fautes qu’on peut encore améliorer. La jument de Kevin était la moins expérimentée de l’équipe et je comptais sur tout le métier de son cavalier. Je pense que la jument est arrivée à ses limites.
 Je n'ai pas de regret sur la composition de l'équipe. Je pense que pour Grégory Cottard et sa jument (Bibici) c'était encore un peu tôt pour courir un grand championnat. On voit toute l'exigence de ces épreuves. Il faut savoir préserver les couples parfois et les attendre. Grégory a été très présent aux côtés des cavaliers et les a soutenus tout au long du championnat. Il sera sans doute en équipe 1 l'année prochaine. Je pense que ça lui aura été profitable de vivre un championnat sans le stress de la performance.
 Enfin pour Olivier Robert, qui est en finale individuelle, c'était bien le moment de le lancer en championnat. C'est une belle satisfaction de le voir 6e au provisoire ce soir. Toute l'équipe est derrière lui ! »

Sophie Dubourg, directrice technique nationale :
« On est à notre place depuis le début du championnat si on regarde les couples présents. Avec trois couples qui n’avaient jamais couru de championnat, il n'y a pas de contre performance. Il y a trois nations qui se détachent et sont sur le podium. Ensuite jusqu'à la 9e place, les nations sont dans le même lot. Nous sommes forcément déçus, mais ce n’est pas une surprise. On a besoin d'aguerrir les couples pour les championnats à venir jusqu'aux JO 2024. On doit se servir de ces résultats pour mettre notre plan en place pour l'année prochaine. »