HOMME - CHEVAL : UNE RELATION GAGNANT-GAGNANT

03/10/2019

HOMME - CHEVAL : UNE RELATION GAGNANT-GAGNANT

© FFE / PSV

Si les bienfaits de l’équitation pour les cavaliers ne sont plus à prouver, le bien-être des chevaux domestiqués est également identifiable. Le rapprochement entre les deux espèces est réciproquement bénéfique.

 

L’homme et le cheval, c’est une histoire qui ne date pas d’hier ! La domestication du cheval par l’Homme remonte à près de 6 000 ans. En vivant ainsi à ses côtés, l’Homme a appris au cours des siècles à analyser ses comportements et ainsi ses besoins. Qu’il vive au box ou au pré, le cheval a su s’adapter au contact de l’Homme.

 

Confort de vie

Le mode de vie des chevaux domestiqués diverge quelque peu de celui des chevaux vivant à l’état naturel. Si la vie en liberté est souvent considérée comme un idéal à atteindre, le confort apporté par la vie domestique n’est pas négligeable. En effet, le cheval est une proie : en évoluant dans la nature, il doit veiller en permanence à ce qu’aucun prédateur ne le surprenne. Il doit également passer du temps à chercher de la nourriture. Les soins basiques offerts par la proximité avec l’Homme tels que vermifuges ou maréchalerie ne lui sont pas accessibles non plus. Grâce à l’Homme, le cheval bénéficie d’un confort de vie qui lui épargne ainsi tous ces aléas. « J’ai été amenée à visiter une réserve où les chevaux vivent à l’état naturel. On s’aperçoit que certains ont un ventre gonflé car ils ne sont pas vermifugés. D’autres présentent des blessures car étant livrés à eux-mêmes, d’autres sont amenés à se battre », relate Déborah Bardou, chargée de mission bien-être animal au sein de la FFE. Il y a donc des avantages à la vie domestique mais celle-ci doit répondre au maximum aux besoins fondamentaux de l’animal.

 

Le cheval sait se faire comprendre

Grâce à ses compétences cognitives et à sa connaissance de l’Homme, le cheval domestiqué sait interagir avec lui. Des études scientifiques ont d’ailleurs mis en évidence le fait que le cheval est capable de discriminer les expressions faciales humaines et de s’en souvenir. Réciproquement, un homme de cheval saura ce qui convient le mieux pour son cheval. Mais ce dernier saura faire comprendre si son milieu de vie n’est pas adapté et s’il apprécie une activité. Il est très facilement identifiable si un cheval n’est pas dans son état normal qu’il vive au box ou au pré. Le cheval ne dispose pas de la parole mais à travers sa posture, la position de ses oreilles, ses expressions faciales, sa façon de nous accueillir, sont autant de signaux extérieurs qu’il lance pour nous alerter si quelque chose ne va pas. « Lorsque j’arrive au club, Ercole me reconnaît et il lui arrive d’hennir. S’il ne sort pas sa tête du box et qu’il ne se manifeste pas, je comprends qu’il y a quelque chose qui ne va pas », constate Sophie, cavalière au Haras du Petit Vaullier.

L’importance de passer du temps à pied, au box, à l’attache ou en main prend ici tout son sens car chaque cheval est différent tout comme ses goûts. Certains chevaux adorent les jeux, comme le pony-games ou le horse-ball et se prennent littéralement au jeu. « Je sens que Quickly prend du plaisir lorsqu’on fait le jeu du slalom. Il anticipe même certains mouvements », explique Nicolas, cavalier au poney-club de Libourne. D’autres sont moins enclin à jouer car la vue d’un ballon les effraie. Il faut savoir adapter les activités aux chevaux et leur offrir la possibilité de s’épanouir dans ce qu’ils font.

 

L’exercice quotidien est nécessaire et bienfaiteur pour le cheval

Si l’utilisation du cheval a évolué au fil des siècles, aujourd’hui il est principalement devenu un partenaire de loisir et/ou de compétition pour les cavaliers.  Si de prime abord les chevaux peuvent paraître imposants, il suffit d’apprendre à les connaître pour comprendre qu’ils sont bienveillants et consentants.
La variété des activités effectuées avec les chevaux n’a cessé d’augmenter toujours dans une optique de bien-être pour eux. Dans la nature, le cheval parcourt quotidiennement plusieurs dizaines de kilomètres. Ces déplacements sont importants pour la circulation des fluides et pour la digestion. Ainsi, il est important de varier les plaisirs. Le travail monté est important mais ne suffit pas. La mise en liberté des chevaux, en groupe de préférence, est recommandée pour leur bien-être. Si l’espace du centre-équestre ne permet pas une mise en liberté au pré, un espace clos comme un manège peut tout à fait convenir.

Les liens entre l’Homme et le cheval sont la résultante d’interactions successives. Le cavalier reste le garant de la qualité de la relation qu’il entretient avec son cheval. Lors des séances de travail, il doit garder à l’esprit que tout exercice doit être effectué dans le but d’apporter du confort et du bien-être à son monture. 

 

Retrouvez les différentes études scientifiques ci-dessous :

Pour l'analyse des expressions faciales : ICI et ICI
Déplacements quotidiens : ICI
Mises en liberté régulières :  ICI