ÉCURIE DE LISORS, AU PLUS PRÈS DU BIEN-ÊTRE ANIMAL

25/03/2021

Écurie de Lisors et bien être animal

Droits Ecurie de Lisors

Depuis presque 30 ans, Pascal et Nathalie Frotiée proposent une manière différente d’accueillir les chevaux en pension dans leurs installations à quelques kilomètres du Pôle international de Deauville, en Normandie. Soucieux du bien-être animal et cherchant à diminuer les coûts de fonctionnement quotidien, le couple est en quelque sorte devenu précurseur des écuries actives en créant l’écurie de Lisors.

Le principe
Ce concept est un hébergement alternatif aux écuries traditionnelles, basé sur le comportement naturel du cheval. L’objectif est de favoriser son bien-être physique et mental tout en respectant ses besoins fondamentaux. Lorsqu’on leur demande d’où vient leur idée de projet, la réponse est unanime : « Nous avons toujours cherché à optimiser notre façon de travailler, de s’occuper correctement de nos chevaux. Avec du recul, laisser nos animaux en box 23 h / 24, ce n’était plus ce que nous souhaitions. À force d’écouter les chevaux et en prenant connaissance de ce que nous recommandaient les scientifiques, nous nous sommes rendu compte que la solution la plus aboutie était l’écurie active. »

Les chevaux possèdent l’instinct grégaire, c’est-à-dire qu’ils ont besoin de vivre en groupe comme lorsqu’ils étaient à l’état sauvage. Au-delà de ces comportements de survie, les chevaux ont naturellement besoin de relations sociales au sein de leur groupe, ne serait-ce que pour surveiller les alentours se protéger des conditions météorologiques.
 
Le fonctionnement d’une écurie active
L’idée de la famille Frotiée était de recréer un territoire de vie commun comportant toutes les ressources (nourriture, eau, abris) et notamment un « parcours » pour que les chevaux puissent bouger tout au long de la journée. Ainsi, les pensionnaires de l’écurie ont à leur disposition des zones intérieures et extérieures qui leurs permettent d’évoluer à leur rythme. Pascal Frotiée, directeur de la structure, insiste sur le fait que ces espaces sont très importants et provoquent l’activité naturelle et instinctives du cheval : il recherche lui-même son eau et sa nourriture tout en ayant un espace confortable et paillé.
 
Les innovations technologiques, au cœur de la réussite d’un tel projet
Le fonctionnement de ce système est principalement automatisé comme l’explique Pascal Frotiée : « La distribution des granulés et du fourrage est automatisée et s’effectue tout au long de la journée. La gestion de cet outil est informatisée, ce qui assure un rationnement individualisé et contrôlé pour chaque cheval. » Les bénéfices de cette automatisation sont multiples : alimentation saine et équilibrée, encouragement aux déplacements par la multiplicité des zones de vie et optimisation du temps de travail des gérants.
Il faut également noter l’aménagement des sols : des dalles de stabilisation en caoutchouc autour des machines de distribution sont mises en place afin de laisser les aires de vie praticables et saines toute l’année.
 
Aux écuries de Lisors, tout est pensé cheval et bien-être. En effet, des parcs d’intégration, d’isolement et de quarantaine sont mis en place pour les nouveaux arrivants. Les chevaux bénéficient de points de grattage avec des troncs ou des poteaux sécurisés et des pierres de sels minéraux à lécher sont éparpillés sur toute la structure. L’accès aux pâturages est régulé selon les périodes de l’année et de l’état du terrain.
 
L’Humain reste indispensable
« L’écurie active pourra comporter les meilleurs équipements, elle nécessitera toujours les compétences d’un Homme de cheval dans tous les domaines que comporte le métier de la pension de chevaux », souligne Pascal Frotiée, co-responsable du site. Dans la pratique, cette activité nécessite la prise de décisions quotidiennes concernant l’intégration de chevaux, la composition des groupes, l’alimentation, la santé ou les soins des pieds. Afin de promouvoir le modèle des écuries, Nathalie et Pascal Frotiée organisent des séminaires et des visites au sein de leur écurie :« La formation et l’évolution des mentalités des propriétaires d’écuries est une part intégrante de notre métier », concluent-t-ils.