CONGRES FÉDÉRAL : LE PUBLIC ADULTE COMME CŒUR DE CIBLE

22/01/2020

CONGRES FÉDÉRAL : LE PUBLIC ADULTE COMME CŒUR DE CIBLE

© FFE

Le Congrès fédéral s’est tenu, les 16 et 17 janvier, en Avignon. Il a réuni 130 congressistes, dirigeants et enseignants, autour de la thématique de l’équitation pour les adultes et les problématiques qui en découlent. Par un grand soleil sans mistral, la Provence a offert le meilleur du Sud, avec de beaux moments pour parcourir les allées de Cheval Passion. 

 

Des ateliers pratiques 

Des ateliers pratiques avec mises en situation ont permis aux congressistes de découvrir les points clés de la pratique pour adultes.

L’ensemble des ateliers étaient menés sous forme de jeux de rôle. Chaque congressiste tirait au sort une carte : enseignant, apprenant, observateur, maître du temps ou critique. Ils étaient ainsi mis au coeur de l’action. 

  • L’atelier « Équipement et harnachement » a montré l’importance du matériel dans l’approche d’un public novice, et son utilité quant à la prise en compte de paramètres primordiaux pour l’adulte, comme le confort ou la notion de sécurité.
  • Un deuxième atelier « Bien choisir la cavalerie »  a montré qu’une cavalerie adaptée et sûre permettait de se diriger rapidement vers des mises en situation procurant autonomie et plaisir, tout en étant en sécurité. Les congressistes ont eux mêmes pu faire le test à cheval.
  • Le troisième atelier « Évoluer à pied avec son cheval » a démontré aux participants comment une approche au sol peut améliorer la confiance d’un cavalier adulte et répondre à son besoin de relation avec l’animal. Les exercices autour du cheval ont engagé les professionnels à envisager et proposer un enseignement « à pied », dans un environnement sécurisé, en amont des apprentissages montés.
  • L’atelier « Gérer l’appréhension et la posture » a mis en avant l’importance du discours et le rôle de l’enseignant dans l’approche de l’équitation en amont de la séance. Des exercices d’échauffement ont montré aux participants comment préparer le corps et le mental, et l'intérêt de la connaissance de son corps dans la relation avec le cheval.
  • Un cinquième atelier : « Aménager l’espace de pratique » a permis aux enseignants de mieux appréhender l’importance du matériel mis à sa disposition et son utilité.  

 

 

Médiation avec les équidés  

Les congressistes ont ensuite bénéficié d’une plénière au format original : installés en gradin, quatre participants, aux profils variés, ont rejoint la carrière pour expérimenter des ateliers de médiation avec les équidés, à pied. Une façon de mettre en lumière l’apport d’une approche centrée sur l’observation et l’écoute des chevaux et poneys, mais également des personnes, pour construire une relation de confiance et une connexion. 

L’objectif était de se (re)questionner sur ses pratiques et comportements habituels, dans des situations routinières (aller chercher un équidé au pré, le « préparer » ...) pour envisager une autre façon de faire, prenant en compte les signaux envoyés par l’équidé et le cavalier.

Les congressistes ont ainsi été sensibilisés à l’intérêt de ces exercices pour établir une grille de lisibilité des cavaliers qui ne verbalisent pas facilement leurs émotions. 

Cet atelier a également permis de faire le lien entre le bien-être animal et le bien-être humain, chacun étant indispensable à l’autre. 

Le cavalier adulte, plus que l’enfant, est très demandeur d’informations quant à la nature du cheval, ses besoins, ses modes d’expression, la façon dont il voit le monde et apprend. Ces aspects théoriques de l’équitation ne doivent donc pas être négligés par les enseignants et figurer dans l’offre des centres équestres. Les échanges proposés entre le public et les intervenants se sont ouverts sur des réflexions autour du développement d’offres diversifiées, pour équitants et non-équitants, dans l’ensemble des structures équestres.

 

Des plénières thématiques

Le vendredi matin était réservé à une approche en salle pour aborder différentes connaissances en lien avec l’environnement du club. 

Les équipes de la FFE ont présenté, à tour de rôle, les outils déjà existants et pouvant servir à la sensibilisation du public adulte mais également à sa fidélisation. 

A cheval en France, FFE Connect, ont été présentés et ont donné lieu à de nombreux échanges avec la salle. Campus FFE, la Capacité détenteurs d’équidés sont autant d’outils accessibles et d’une grande richesse au service des clubs.

La Médiation avec les équidés (MAE), s’est concentrée sur les liens entre le bien-être équin, bien-être humain et l’environnement. S'appuyant sur la démarche fédérale Cheval et Diversité, les axes sport-santé, soins, handicap, inclusion et développement personnel ont invité les professionnels à se positionner dans des projets d’accompagnement diversifiés, individualisés, pour les équitants et non-équitants.

La suite de la matinée a permis d’avoir un éclairage académique, notamment avec l'intervention de Vérène Chevalier, enseignant chercheur université Paris 12, sociologue et démographe, sur  les transformations démographiques et les publics de cavaliers. Les différents graphiques permettaient alors de comprendre les évolutions de la population de cavaliers en cours et les projections à venir. 

Domitille Delambre, du groupe Fouganza, a apporté également un éclairage de la part d'un grand équipementier sur « les attentes et approches marketing en direction du public adulte, perspectives d’évolution ». 

Les deux dernières interventions de la matinée ont été présentées par Guillaume Henry et Pascal Marry, élu fédéral et professeur d’équitation.

Guillaume Henry, ancien enseignant d’équitation et éditeur, a abordé l’importance de la culture équestre et la nécessité d’y avoir recours dans notre approche en direction du public adulte. C’est un formidable outil à disposition des centres équestre, une identité à laquelle faire référence.

Pascal Marry lors de son intervention « technique et culture, deux approches complémentaires de l’offre d’équitation », a sensibilisé l’auditoire à l'intérêt de sortir d’une pratique disciplinaire et de tendre vers une équitation de plaisance. 

Le président de la FFE, Serge Lecomte a conclu le congrès en faisant un retour sur les différents échanges qui avaient eu lieu durant les deux jours. Il a notamment souligné que l’important résidait dans les licenciés les plus jeunes car ce sont les cavaliers de demain. Il est cependant important de prospecter le public adulte qui reste un public à conquérir et un formidable vivier. L’objectif est de donner envie au grand public de venir pousser la porte d’un centre équestre. Serge Lecomte a rappelé qu’il y avait des nombreux atouts pour ce public au sein des structures équestres et notamment l’attrait de la nature.

Congressistes spectacles 

Trente-cinq congressistes passionnés par le spectacle équestre ont pu assister à Poney Passion, la compétition des spectacles équestres de clubs du Comité régional d’équitation Sud. Le jeudi soir, les congressistes ont assisté au spectacle 2020 des Crinières d’or et ont pu se rendre au Marché international du spectacle équestre de création (MISEC) le vendredi matin. 

Réunion tourisme 

À l’issue du Congrès fédéral, rendez-vous était donné aux présidents de Comités régionaux et départementaux de tourisme équestre des régions PACA, Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie pour échanger sur les projets en cours dans les régions et les départements.

Grand club 

Le Grand club, à l’initiative du CRE SUD, était installé dans le salon Cheval Passion. Des démonstrations étaient organisées par les clubs des alentours pour présenter les disciplines fédérales. Au programme tir à l’arc à cheval, équitation de travail, equifeel, equitation western, voltige, équi-handi et TREC. 

À la suite de ces démonstrations, les visiteurs adultes du salon ont pu s’essayer aux différentes disciplines. 

En savoir plus sur la page du Congrès, les interventions et les captations vidéos seront mises en ligne prochainement : ICI .