COMPÉTITION : PRÉPARER UNE ÉCHÉANCE

31/10/2019

COMPÉTITION : PRÉPARER UNE ÉCHÉANCE

Le Lieutenant Colonel Thibaut Vallette et Qing du Briot*ENE-HN n’ont pas manqué un Championnat international depuis 2015. ©FFE/PSV

L’équitation se pratique aussi bien en loisir qu’en compétition. Le cavalier qui souhaite faire de la compétition, se fixe alors des objectifs afin de pouvoir progresser. C’est au cavalier encadré par son coach de définir avant le début de sa saison quel sera son objectif annuel. À partir de là, le planning des concours peut être programmé. Le but étant d’arriver à l’échéance annuelle avec un cheval au pic de sa forme.             

Un objectif adapté    

La Fédération Française d’Equitation propose à ses licenciés un large choix de compétitions et de disciplines. Le cavalier optera pour telle ou telle discipline selon son appétence mais aussi selon le poney-club ou centre équestre dans lequel il monte. Ce sera au moniteur de faire évoluer ses élèves et leurs chevaux dans la catégorie correspondant à leurs niveaux. Plus les cavaliers seront à l’aise, plus ils pourront atteindre la performance. Si le cavalier ou le couple fait face à des difficultés, le rôle du moniteur est aussi de savoir revenir au niveau inférieur tant pour la confiance de l’élève que du cheval.

Une saison programmée 

Pour la plupart des cavaliers, l’objectif annuel est le Championnat de France. Qu’il s’agisse du Generali Open de France Poneys ou Clubs à Lamotte-Beuvron ou d’un Championnat de France As ou Amateur, la participation à l’événement est conditionnée par des critères de qualification. 

Grâce au calendrier des concours accessible à tous sur FFE.com , tous les clubs programment en début de saison un planning de compétitions qui mèneront les cavaliers jusqu’à l’échéance annuelle. Une façon d’avoir une vision globale sur la saison et de répartir au mieux les efforts des équidés et ainsi de leur permettre d’arriver en forme le jour J. « Il est important de planifier une saison de concours selon l’échéance majeure de l’année. Le but étant d’atteindre le pic de forme au moment opportun », affirme Pascal Henry, expert fédéral de saut d’obstacles et coach privé.

Des choix stratégiques

La programmation de l’année de concours induit des choix. En effet, quelles que soient la discipline et la catégorie, une saison de compétition est longue. Tout courir n’est pas la solution, afin de préserver sa monture, il faut donc faire des choix de concours. « On ne peut pas gagner toutes les Tournées des As. Il faut se préparer pour l’échéance définie en début de saison, en l’occurrence pour les cavaliers des équipes de France, souvent le Championnat d’Europe. Il y a quand même dans une saison deux ou trois concours pour tester la valeur réelle des couples mais pas plus. Les autres TDA sont là pour travailler, tester et prendre de l’expérience », explique Emmanuel Quittet, sélectionneur national Poneys de concours complet.

Haut niveau

Plus on progresse, plus la forme à l’instant T est importante. Les efforts demandés au cheval sont conséquents, le cavalier doit donc s’assurer que son partenaire soit dans les meilleures dispositions possibles. Préparer de grandes échéances ne se fait pas sans sacrifice En effet, les cavaliers doivent savoir faire l’impasse sur des concours prestigieux pour être au service de leur équipe nationale.

En France, c’est notamment le cas du Lieutenant Colonel Thibaut Vallette qui forme avec Qing du Briot*ENE/HN LE couple pilier de l’équipe de France de concours complet. Ensemble, ils n’ont pas manqué une échéance européenne et mondial depuis 2015, glanant au passage quatre médailles dont l’or olympique par équipe à Rio en 2016.