Pascal MARRY

La fiche du cavalier

MARRY Pascal

Droits FFE DR

Présentation du cavalier

Pascal Marry, est né le 28 septembre 1945, il est marié, père de trois enfants, débute l’équitation au club
hippique du Lozet à Villeneuve les Avignon dans le Gard (Languedoc Roussillon) en 1959. Il est un élève de
Claude Roques de 1959 à 1968. Il y est formé à la pratique la plupart des disciplines équestres, puis y
enseigne l’équitation à titre bénévole longuement. Il passe le monitorat (BEES 1) en 1965 au haras national
du Pin dans le cadre d’un stage fédéral de concours complet, puis le BEES 2 d’équitation en 1968 à Saumur,
là encore dans le cadre du stage fédéral annuel.
En parallèle il poursuit des études supérieures en Economie à l’université Aix en Provence et s’implique
dans la vie équestre régionale.
Sur le plan sportif, il monte en compétition équestre à haut niveau en Concours Complet d’Equitation
jusqu’en équipe de France, ainsi qu’au niveau national en Dressage. Il pratique aussi la grande randonnée
avec Claude Roques d’abord puis de façon totalement autonome. Activité qu’il maintiendra jusqu’à
aujourd’hui. Il pratique également le Pato argentin, le spectacle équestre, etc
Il entre dans la vie active au terme de son parcours universitaire en prenant la direction de la Gourmette
vauclusienne au Pontet à proximité d’Avignon (84) en septembre 1971 et met en sourdine sa carrière de
compétiteur. Dès lors il s’engage sur divers domaines liés à la modernisation et au développement des
activités équestres au niveau régional et national, tout en assumant la direction la Gourmette et en y
enseignant au quotidien. Il fait sortir de nombreux élèves dans les championnats juniors dans les trois
disciplines olympiques entre 1971 et 1979. Un de ses élèves, Jacques Dulcy, sera plus tard vainqueur du
cross olympique à Atlanta en 1996.
Il développe le club qui passe de 80 cavaliers licenciés à plus de 400 en quelques mois. Il organise de
nombreuses activités et plusieurs événements sportifs de niveau national en équitation, pour les poneys
aussi bien que pour les chevaux. Il travaille en relation étroite avec Jean Damian, président fondateur du
club. Au cours de la période, il participe à la création de la Section Nationale des Cadres d’Equitation (SNCE
à la FGCEA CGC en 1972 avec François Lucas) et à la rédaction de la convention collective des métiers des
centres équestres (1972- 1975). Des 1973 il met en place une formation au monitorat d’équitation et
s’engage dans la transformation de la profession d’enseignant d’équitation. Il est également Délégué
Régional du Poney Club de France (1973 – 1979) et s’engage dans le développement du mouvement
poney. En 1973 il réussit l’examen d’Ecuyer professeur (BEES 3) à Saumur.
Participant à la commission fédérale des centres équestres présidée par Philippe Lefévre-Pontalis, il défend
la mise œuvre des techniques de l’équitation de travail, via la promotion des jeux équestres et du
championnat de France des Jeux Equestres organisé à Poitiers en 1978 et après. Dans le cadre de la
commission fédérale des jeux Equestres il est « co-créateur » du Horse Ball avec Jean Claude Gast et dont il
rédige le premier règlement à Avignon avec Philippe Thiébaut (futur DTN) qui était son éleve.
Il quitte la Gourmette à l’été 1979 pour prendre le poste de Conseiller Technique Régional de Provence
attaché à la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports de Marseille, à la demande de Christian
Legrez, président de la fédération et de Christiane Mirabel, présidente de la ligue de Provence des Sports
Equestres. Dans ces fonctions il conduira la formation de plus de 400 jeunes au monitorat. Poste qu’il
occupe jusqu’à l’élection de Jean François Chary à la présidence de la Fédération en 1985. Celui-ci le
nomme  Directeur Technique National Adjoint chargé de la formation et lui confie, notamment, la

2
modernisation du monitorat d’équitation. Il est ainsi le pilote de la réforme de 1987 qui rendra la
formation préalable au monitorat d’équitation obligatoire et intégrera spécifiquement l’enseignement à
poney et l’enseignement du Tourisme Equestre.
En 1988, il est nommé au cabinet du Ministre des Sports (Roger Bambuck –gouvernement de Michel
Rocard) et il est chargé du sport, de la recherche et de l’économie. En 1989 il est nommé directeur de la
préparation olympique (MSEPO qu’il informatise et transforme en GIP)) et en 1990 il revient au cabinet du
ministre comme directeur adjoint du cabinet.
En mars 1991, il rejoint le Poney Club de France dont il est nommé Directeur Général  par Serge Lecomte. Il
s’implique de façon très forte en faveur de l’unification fédérale entre 1991 et 1999 et devient Délégué
Général de la FFE en 2000 après la fusion et l’élection de Jacqueline Reverdy.
En 2001, à coté de ses activités professionnelles, il est chargé de cours à l’université paris XII à l’IUP métiers
du sport et accompagnera le transfert de cette formation à l’université de Marne la Vallée. Formation qui
organise une double certification (licence et BEES 1, puis BP JEPS) où il poursuit son enseignement. En
2005, il fait l’objet d’une mutation illégale (décision du Tribunal Administratif) et se met en disponibilité
pour poursuivre sa mission à la FFE, puis il est licencié par la mandataire en charge de la FFE à la fin de
l’année 2005. Licenciement condamné par les Prudhommes en 2008.
A partir de sa création en 2007, il participe à la création de commission fédérale dédiée au spectacle
équestre de club aux côtés de Jean Claude Savournin.
En 2008, il réintègre l’administration de jeunesse et Sport à la DRJSCS d’Ile de France à la MAPE, puis est
chargé de la coordination des sports de pleine nature.
En 2011, il est nommé à la DRJSCS de Caen pour suivre l’organisation des Jeux Equestres Mondiaux de
2014 auprès du Préfet de Région (SGAR) et réintègre simultanément la Fédération comme chargé de
mission auprès du président Serge Lecomte. En 2012, il pilote l’organisation de la réunion des enseignants
d’équitation à Saumur., ainsi qu’en 2013 à Montluçon. A partir de 2014 il participe au comité scientifique
de l’IFCE et y représente la FFE. La même année il est chargé par la FFE de suivre les travaux du « Comité
Unesco » qui conduit le dossier de classement de l’Equitation de Tradition Française (ETF).au patrimoine
immatériel de l’humanité. Il prend sa retraite en fin mars 2015. Il est alors nommé par la fédération à la
présidence de la Commission Pédagogique avec la mission de travailler à la diversification de l’offre des
clubs. Mission qu’il poursuit jusqu’à aujourd’hui auprès de la nouvelle présidente Emmanuelle Bories.
Aujourd’hui, il est élu au Comité Directeur de la FFE, et il porte également le dossier de réalisation d’un
ouvrage réalisé pour le centenaire de la FFE en 2021 et poursuit sa participation équestre à deux
commissions fédérales (spectacle et pédagogie).
En 2017, il sera invité par le ministère Russe de la Culture à présenter le modèle fédéral de l’Equitation au
congrès International de saint Pétersbourg, en Russie, ainsi que l’expérience française dans le domaine du
poney après avoir organisée une tournée en France pour des acteurs du Gouvernement Russe.
Au cours de sa carrière il publiera de nombreux écrits sur les questions pédagogiques et la modernisation
et le développement des activités équestres et fera de nombreuses interventions dans divers colloques
scientifiques et regroupements fédéraux d’enseignants d’équitation sur ces thèmes, ou dans diverses
universités.

Le palmares

Joindre le service Communication

S'abonner aux Newsletters FFE

EquitationPourTous_amorceHomeFFE
encart-pub-REF sport_responsable_980x220
LETTRE FÉDÉRALE N°924

La lettre fédérale

LETTRE FÉDÉRALE N°924 (pdf, 2,46 MB)
Nos archives