JOP TOKYO 2021 - "LES CHEVAUX ONT TRÈS BIEN ÉVOLUÉ"

22/01/2021

JOP TOKYO 2021 - "LES CHEVAUX ONT TRÈS BIEN ÉVOLUÉ"

Maxime Collard et Cupido PB, propriété de Céline Roze. Droits FFE/PSV

Du 19 au 21 janvier, Emmanuelle Schramm Rossi, directrice technique nationale adjointe pour le dressage, Jan Bemelmans, sélectionneur national et les cavaliers de l’équipe de France de dressage se sont retrouvés au Mans (72). Trois jours qui ont permis à chacun de se remettre dans le bain olympique.
 
« C’est très agréable de se retrouver tous ensemble dans cette ambiance, dans une atmosphère de travail sereine et sans pression. Cela permet aux cavaliers d'avoir du temps pour échanger entre eux et avec le staff. Ça permet aussi de trouver de la cohésion autour d'un objectif très motivant », explique Emmanuelle Schramm Rossi. « Le but principal était de proposer une évaluation des chevaux, de se remettre à niveau par rapport aux informations sur les échéances 2021 et d’étudier ensemble le planning individuel et collectif de la saison. »
 
Ces trois jours ont été très studieux. « Les cavaliers sont venus avec leurs chevaux de tête ainsi que leurs jeunes chevaux afin de commencer à préparer également les Jeux olympiques de Paris 2024, comme évoqué en décembre dernier lors de la présentation du projet sportif de la FFE. Tous les chevaux ont été vus par le vétérinaire fédéral », poursuit Emmanuelle Schramm Rossi. « On avait demandé à une juge internationale 5 étoiles de juger et noter tous les chevaux. Pour les jeunes chevaux, les cavaliers ont pu choisir la reprise de leur choix, mais les chevaux FFE JOP Tokyo 2021 ont bien sûr présenté le Grand Prix. Après chaque passage, il y avait un débriefing avec Jan Bemelmans et la juge. Ce qui en ressort, c’est que les chevaux ont très bien évolué. Nous sommes vraiment très satisfaits des progrès faits par chacun. »
 
« Nous avons de bons chevaux et de bons cavaliers », abonde Jan Bemelmans, le sélectionneur national. « Pour l’instant, personne ne sait ce qui va se passer donc nous vivons au jour le jour, mais nous nous préparons comme si tout devait se dérouler normalement. Nous faisons notre job et nous essayons de bien le faire : faire notre chemin sans faire de faute. Nous sommes dans notre bulle sans s’occuper de ce que font les autres. Aujourd'hui chacun repart avec des pistes d'amélioration technique et un plan. L'avenir reste malgré tout un peu hasardeux étant donné le contexte. Chaque opportunité de concours est donc à saisir mais il faut que ce soit cohérent et rationnel pour chacun. Chaque couple a son programme avec des points d’étapes où tout le monde se retrouvera. »
 
Le prochain rendez-vous aura lieu en février, lors du premier CDI au Mans, puis pour les tests d'optimisation physique des chevaux, comme cela a été fait avec les chevaux de saut d’obstacles début janvier.