SAUT D'OBSTACLES - STAGE ÉQUIPE DE FRANCE PONEYS ET ENFANTS À LAMOTTE-BEUVRON (41)

03/03/2020

SAUT D'OBSTACLES - STAGE ÉQUIPE DE FRANCE PONEYS ET ENFANTS À LAMOTTE-BEUVRON (41)

Ilona Mezzadri travaille sur la posture avec Véronique Bartin. Droits FFE

La Fédération Française a accueilli un nouveau stage de préparation destiné à l’équipe de France de saut d’obstacles Poneys et Enfants au Parc équestre fédéral à Lamotte-Beuvron (41) les 19 et 20 février.
 
Alors que la saison vient tout juste de débuter, le staff fédéral a convié un nombre de couples restreints à ce rassemblement. Cinq cavaliers Poneys et sept Enfants ont fait le déplacement en Sologne autour du sélectionneur national, Olivier Bost et des formateurs, Henk Nooren et Bertrand Poisson.

Étaient présents : Junie Buisson, Jeanne Hirel, Ilona Mezzadri, Romane Ohrant et Anna Szarzewski chez les Poneys et Toscane Carloni Richard, Lisa Deruel, Romane Dudouet, Victor Houze, Paul Elvis Meyniel, Capucine Prudhomme et Alexandre Réal.
 
C’est un programme complet qu’a proposé la FFE à ses jeunes pousses : travail sur la posture à pied et à cheval avec Véronique Bartin, experte fédérale ; travail sur le plat avec Bertrand Poisson et Henk Nooren avant d’effectuer deux séances à l’obstacle avec le formateur des Seniors. En parallèle, les cavaliers ont eu droit à des séances de préparation physique avec Bamdad Memarian et, pour la première fois, de préparation mentale avec Maxime Chataignier. Une intervention sur le bien être animal a été également assurée par Déborah Bardou,  permanente à la FFE.
 
Ilona Mezzadri, championne de France As Poney Élite Excellence : « Cette année on a eu deux stages pendant l’hiver avec de nombreuses interventions portant notamment sur la technique. Travailler avec Henk Nooren c’est vraiment une chance. Quand on voit les cavaliers qui préparent les Jeux olympiques s’entraîner avec lui, on se dit qu’on aimerait aussi beaucoup travailler avec lui. Henk nous apporte beaucoup techniquement, il nous dit ce qui est bien et ce qui est à améliorer On écoute d’autant plus, comme c’est nouveau. L’intervention sur le bien-être animal est toujours nécessaire, ça fait une bonne piqûre de rappel. Pour la première fois, on a fait de la préparation mentale et c’était vraiment bien. On a travaillé sur comment différencier la pression et le stress, quelques techniques pour se concentrer. Je pense que ça m’a apporté beaucoup, j’ai hâte de réutiliser ces méthodes pour me concentrer avant les grandes échéances et même dès ce week-end au Mans ! C’était aussi intéressant sur la préparation physique car on se rend compte qu’on a beaucoup de choses à améliorer, il n’y a pas que le poney qui doit être en forme ! Ça nous a donné des idées. On repart de là avec toutes les clés en main pour progresser. »

 
Jean-Luc Vernon, élu fédéral : « La fédération a mis en place ces stages jeunes depuis un moment déjà. La nouveauté depuis deux ans, c’est l’apport technique des formateurs comme Henk Nooren, Barnabas Mandi ou encore Bertrand Poisson. C’est vraiment un gros point positif. Pendant deux jours, les cavaliers ont droit à un programme très complet que ce soit sur le plat ou à l’obstacle. Les activités proposées à côté leur permettent de percevoir ce qu’il faut faire pour accéder au haut niveau. L’accent est également mis sur un suivi vétérinaire de qualité et l’importance de l’encadrement tant des parents que des entraîneurs privés. Il y a un véritable suivi mis en place par le staff fédéral tout au long de la saison. À l’étranger, les jeunes évoluent dans des systèmes très professionnalisés. Chez nous, beaucoup de jeunes sont issus de clubs, ils n’ont pas forcément la culture du haut niveau avec ses exigences et sa rigueur. Avec ces stages et le suivi régulier, la FFE souhaite professionnaliser ses jeunes champions et leur entourage car parmi eux se trouvent nos cavaliers de l’équipe de France Seniors de demain. » 

Maxime Chataignier, préparateur mental : « C’est la première fois que j’intervenais avec les jeunes du saut d’obstacles. Ils n’en avaient encore jamais fait. Je les ai trouvé très réceptifs. On a fait un bonne séance sur l’imagerie mentale et la respiration. C’est bien de leur faire découvrir ces techniques dès le plus jeune âge, la graine est plantée maintenant ! »