Des supporters français à Tryon (USA)

03/10/2018

Des supporters français à Tryon (USA)

Droits FFE DR

Depuis 20 ans, Marie-Edith Dugeny et une poignée d’amis arpentent le monde afin de soutenir les équipes de France lors des Jeux équestres mondiaux. Pour l’édition 2018, le groupe d’aficionados n’a pas dérogé à la règle et a traversé l’Atlantique jusqu’à Tryon (USA) pour apporter son précieux soutien aux Tricolores.

 

Tout a commencé en 1992 à Barcelone lors des Jeux olympiques. Marie-Edith, cavalière de saut d’obstacles alors âgée d’une vingtaine d’années, décide de se rendre en Catalogne pour assister à la finale du CSO.  « Nous étions plusieurs copains à monter ensemble et nous avions envie de découvrir le très haut niveau de plus près. C’était l’occasion pour nous de voir Milton et Quidam de Revel », se remémore cette Parisienne.
C’est le déclic. En 1998, le groupe d’amis prend la direction de Rome et de leurs premiers Jeux équestres mondiaux. Ils n’en manqueront plus un et ont également fait les déplacements aux JO d’Athènes, Hong Kong et Londres.
Cavaliers de saut d’obstacles, les supporters s’initient au concours complet lors des JEM de 2002 et « accrochent » tout autant devant un tel spectacle. « Avec le recul, il y a dans chacun de ces grands événements toujours du bien et du moins bien. Mais celui dont je garde le meilleur souvenir, c’est celui de 2002 à Jerez de la Frontera (ESP). Bien sûr, les résultats étaient là et les conditions étaient idéales, mais nous avions eu la chance de partager cette expérience avec Jean Rochefort, c’était génial ! », se rappelle Marie-Edith.

Cette banquière de métier évoque également, non sans émotion, le stade Michel-d’Ornano lors des JEM de Caen en 2014 : « Si l’organisation pour les supporters était à déplorer cette année-là, l’ambiance dans le stade était fabuleuse. Je me souviendrai toute ma vie de Patrice Delaveau franchissant le dernier obstacle dans la finale individuelle, le stade s’est littéralement soulevé ! »

Quant à cette édition 2018, décriée par de nombreux chefs d’équipe pour des soucis d’organisation, les supporters français n’ont pas eu à s’en plaindre : « Nous avons vu du beau sport et nous avons été bien accueillis, le village créé autour des deux stades était très sympa. L’accès au cross a été très bien organisé pour nous. On aurait aimé plus de résultats pour nos cavaliers mais on sait très bien qu’en équitation, rien n’est jamais écrit. Ce qui compte c’est de voir nos athlètes « mouiller le maillot » et c’est ce qu’ils ont fait », raconte Marie-Edith.

En attendant la prochaine édition des JEM, les passionnés vont, comme entre chaque JEM, mettre de côté chaque mois afin de financer leur futur voyage. « Nous aimerions aller à Tokyo (JAP) car si nous suivons l’équipe de France, nous aimons aussi en profiter pour découvrir de nouveaux lieux. Malgré tout, notre groupe compte généralement plus de volontaires pour les JEM car avoir toutes les disciplines équestres réunies reste un évènement exceptionnel ! », conclut cette passionnée.