Un équirandin de passage au Parc équestre fédéral

08/06/2017

Un équirandin de passage au Parc équestre fédéral

Droits FFE/EB

Sur la route qui le mène dans l’Ain, l’Equirandin Bernard Seichepine, venu de Lorraine avec son cheval de huit ans, Viento, a fait escale au Parc équestre fédéral. Avant de repartir vers de nouvelles aventures qui le conduiront à Bourg-en-Bresse du 21 au 23 juillet.

L’Equirando 2017 ne débute que dans un mois et demi mais pour certains, il a déjà commencé. C’est le cas de Bernard Seichepine, friand de randonnée qui participe à l’Equirando depuis 2004.

Parti de Narbéfontaine (57) le 2 mai, il a déjà traversé les Vosges, Langres et l’ouest bourguignon, soit environ 800 kms, avant de faire souffler son Espagnol, Viento, à Lamotte-Beuvron. Au total, les deux compères devraient atteindre les 2 000 kms pour rejoindre Bourg-en-Bresse même si son trajet n’est pas précisément défini.

« Je n’ai pas de parcours arrêté, je vais là où le vent me mène en suivant ma boussole. Mon itinéraire peut varier de 20 kms, c’est l’aventure », explique celui que l’on surnomme « le baroudeur de Lorraine ». Ce qui lui plaît c’est de « traverser les régions à la rencontre des gens et découvrir les différentes architectures et paysages ».

Véritable retour aux sources pour cet ancien mineur qui a « sûrement besoin d’air » désormais et qui pratique « le tourisme à l’état pur » puisqu’il n’utilise pas les nouvelles technologies, seulement son téléphone portable. Bernard et Viento parcourent routes et chemins à raison de 20 à 30 kms par jour, ne sachant pas toujours où ils dormiront le soir, il leur arrive, parfois, de dormir à la belle étoile. Mais le rythme reste régulier car Viento doit également porter le matériel de près de 130 kgs. « Viento est robuste mais sa plus grande qualité c’est son mental car nous faisons parfois face à des situations délicates. Il faut bien se connaître », confie son cavalier.

Après un repos bien mérité, les deux compères ont repris la route en direction de Limoges, tranquillement car comme dit le proverbe, « Qui veut voyager loin, ménage sa monture ».