COMPRENDRE LE CHEVAL

26/09/2019

COMPRENDRE LE CHEVAL

© FFE / E. Minodier

Pousser la porte d’un poney-club ou centre équestre, c’est choisir de retourner à la nature et d’interagir avec un animal. Quel que soit l’âge du pratiquant, certaines règles d’usage avec les poneys et les chevaux sont fondamentales. Apprendre à interagir avec les équidés et surtout comprendre leur mode de fonctionnement permettra aux cavaliers d’être en osmose avec leur partenaire.

 

En loisir ou en compétition, l’équitation présente la particularité de se pratiquer avec un animal. Cela implique d’établir un code de communication avec lui et de respecter des règles afin de pratiquer en toute sécurité. Il existe tout un rituel avant et après le cours qui prolonge « le plaisir » au-delà la séance elle-même. Passer du temps avec le cheval lorsqu’il est au boxe, le promener en main, s’en occuper sont autant de moments privilégiés qui contribuent à créer une complicité avec l’animal.

Le cheval, un animal vivant

Chaque cavalier, lorsqu’il approche le cheval doit avoir conscience que celui-ci ne perçoit pas l’environnement comme l’homme, notamment en raison de sens très développés.

Par exemple, le champ visuel du cheval est quasiment panoramique puisqu’il a un angle de vue de 340° alors que le nôtre est de l’ordre de 180°. Son champ de vision comporte cependant deux zones aveugles : entre ses deux yeux et derrière sa croupe. Ces précisions permettent de comprendre pourquoi on apprend à ne pas passer derrière un cheval sans l’en avertir. Le cavalier doit prendre ces spécificités en compte lorsqu’il aborde et manipule l’animal.

Les équidés ont l’ouïe très développée, ils entendent les sons très aigus appelés ultrasons. Cette faculté peut expliquer des réactions vives, pas toujours compréhensibles pour les cavaliers dans certaines situations, comme par exemple, en extérieur. Il n’est pas inhabituel de voir des chevaux reconnaître la voix de leur cavalier à l’autre bout de l’écurie.

Le cheval est également très sensible au toucher grâce aux muscles peauciers, situés sous sa peau, qui réagissent à la moindre stimulation. Il donne l’impression de trembler quelques instants. Le pansage est un moment où le cavalier découvre souvent les préférences de sa monture car les chevaux sont des animaux très expressifs. « Quand je passais la main sur le garrot d’Enjoy, j’ai vite vu que ça lui plaisait. C’est maintenant notre petit moment. Je le gratte et dès que j’arrête, il se rapproche de moi pour que je continue. Il adore ça car il bouge son bout de nez et vient le frotter contre moi comme les chevaux peuvent le faire entre eux », explique Zoé, cavalière à Uzès Équitation.

 

Toutes ces différences de perception peuvent expliquer nombre de comportements des chevaux. Leur connaissance et leur prise en compte permettent aux cavaliers d’aborder leur partenaire de façon optimale.

Les poney-clubs et centres équestre de la FFE : un gage de sécurité

« Le rôle de la FFE est de communiquer sur les bonnes pratiques. Il est important que les cavaliers aient un comportement approprié avec le cheval. Ils sont les garants de l’image des sports équestres », explique Déborah Bardou, chargée de mission bien-être animal au sein de la FFE.

Choisir de monter dans une structure adhérente à la FFE, c’est s’assurer de la qualité de l’encadrement, de l’enseignement et de la cavalerie. En effet, à travers des formations reconnues, les enseignants d’équitation sont prêts pour initier les cavaliers de la meilleure des façons.

Les labels Qualité de la FFE aident les cavaliers à bien choisir l’établissement dans lequel ils souhaitent monter. Les Écoles française d’équitation, qui comptent des poney-clubs et des centres équestres, remplissent plusieurs engagements de qualité : un accueil organisé et attentif, des structures d’activités adaptées, des poneys et chevaux bien traités, des intervenants qualifiés et diplômés, un projet adapté ou encore une prise en compte professionnelle de la sécurité des cavaliers.

La qualité de la cavalerie est un autre atout important car à chaque niveau de cavalier, il est primordial d’avoir un cheval adéquat. Les poneys et chevaux « recrutés » dans les structures labellisées sont de véritables maîtres d’école. Ils sont bienveillants et rassurants pour les cavaliers néophytes. Les enseignants sont formés pour adapter au mieux le cheval au cavalier dans l’optique de les faire progresser.

En contrepartie, les jeunes (ou moins jeunes !) cavaliers lorsqu’ils décident de se mettre à l’équitation s’engagent à respecter de nombreuses règles qui régissent la vie au club : le respect du cheval, des autres cavaliers et de leur enseignant. La FFE a d’ailleurs créé la charte fédérale du cavalier .